English | Français  

ACMQ

Sommaire du projet

Comment se servir de ces résultats

Résultats du projet

Qu'est-ce qu'une mesure de qualité?

Qui est l’acmq?

Consensus national

Infrastructure des données

Stratégies de mise en oeuvre des mesures

Transmission et échange de connaissances / Communications

Activités du projet

Personne ressource pour le projet

Liens utiles




Mot de passe pour le personnel du projet et pour les partenaires
  

COMMENT SE SERVIR DE CES RÉSULTATS

USAGERS ET DÉFENSEURS DES DROITS

Les mesures de qualité qu’on retrouve sur le site Web de l’ACMQ peuvent vous aider à préconiser de nouvelles initiatives en matière de politiques et de programmes, en particulier quand les mesures repèrent des lacunes qui ne peuvent être comblées localement sans fonds supplémentaires. Ces mesures peuvent aussi être employées comme une liste de contrôle permettant d’évaluer les soins que vous recevez en santé mentale et en toxicomanie; de même qu’elles peuvent être utilisées pour évaluer vos propres efforts pour votre rétablissement.

CLINICIENS

Les mesures vous permettront de détecter les lacunes qui sont à l’avant-plan des soins de première ligne. Si vous avez la possibilité d’agir sur ces lacunes, les mesures vous permettront d’établir vos priorités concernant les efforts à fournir pour l’amélioration de la qualité. Si vous percevez que vous ne pouvez agir directement sur telle ou telle lacune, vous pouvez employer ces mesures – qui ont obtenu un consensus national – pour défendre la pertinence d’avoir davantage de ressources ou de programmes pour vos patients.

DÉCIDEURS

Dans le projet AMCQ, les 30 mesures de qualité détenant les meilleures cotes ont été déterminées grâce à processus rigoureux tenant compte des données probantes et ayant atteint un consensus national, provincial et régional impliquant plusieurs groupes d’acteurs. Des liens établis avec d’autres projets d’importance en soins de première ligne et la documentation de recherche ont également influencé ces résultats. La profondeur et l’ampleur de cette approche vous donne le « feu vert » sur les actions à prendre en matière de politiques. Ce petit ensemble de mesures spécifiques peut être employé comme une cible dans la réforme des soins de première ligne en santé mentale. Par exemple, les agences de financement qui consacrent de nouvelles ressources pour les soins de première ligne en santé mentale pourraient utiliser les 30 mesures de qualité détenant les meilleures cotes comme liste de contrôle pour présélectionner les propositions de projet requérant un financement.

UNIVERSITAIRES ET CHERCHEURS

La base de données sur les mesures de qualité proposée sur ce site Web vous permet d’employer une grande variété de mots clés pour lancer les recherches permettant d’explorer les 160 mesures de qualité. Les 30 mesures de qualité détenant les meilleures cotes vous aideront à préparer des demandes de bourse qui traduiront avec exactitude les priorités nationales de la réforme dans les soins de première ligne en santé mentale. Pour les chercheurs qui portent un intérêt particulier à une intervention ou à un thème abordé dans les sondages de l’ACMQ (par exemple, la gestion de maladie chronique appliquée à la dépression), l’information fournie sur les cotes régionales lors de la présentation des mesures de l’AMCQ vous apprendront quelles régions partagent vos intérêts.

ÉTUDE DE CAS PORTANT SUR LES MESURES DE QUALITÉ DU PROJET ACMQ

Une équipe de dispensateurs de soins de première ligne, incluant des médecins de famille, des infirmiers ou infirmières cliniciennes, ainsi que des assistants médicaux, se sont engagés dans un projet collaboratif afin d’améliorer la qualité des soins pour les personnes souffrant de dépression.

L’équipe en soins de première ligne utilise déjà avec succès le « Questionnaire de santé du patient-9 » (Patient Health Questionnaire-9 – PHQ-9) pour détecter les personnes en dépression, ainsi que l’intensité de leur symptômes. À présent, l’équipe désire travailler à l’amélioration d’autres aspects des soins pour la dépression qui persiste, en employant les ressources existantes dans leur région.

Toutefois, ces dispensateurs composent avec une surcharge d’information : ils doivent choisir parmi plusieurs orientations possibles et parmi des centaines de recommandations provenant des guides de pratique sur la dépression.

Étant au courant du projet AMCQ et de son inventaire – accessible sur son site Web – des mesures de qualité des soins de première ligne en santé mentale, l’équipe planifie d’explorer cette base de données en utilisant comme filtre les mesures associées « aux troubles de l’humeur » et « l’applicabilité », de sorte que toute mesure retenue soit en lien avec un changement de pratique que l’équipe pourrait rapidement améliorer.

Les dispensateurs de soins de première ligne ont retenu la mesure de l’AMCQ formulée comme suit : « pour les individus traités avec des antidépresseurs, établir et maintenir les contact pour le suivi (visites médicales, appels téléphoniques, ou autres) à des intervalles ajustés en fonction de leur état de santé mentale ». Ils remarquent que cette mesure figure également parmi les 30 mesures de qualité détenant les meilleures cotes à travers le Canada pour ce qui a trait à la pertinence, à l’utilité (applicabilité) et à l’importance générale en matière d’amélioration des soins de santé en santé mentale.

Par conséquent, l’équipe commence à recueillir des données sur cette mesure, en l’intégrant à une feuille de suivi – un outil déjà développé localement par les cliniciens et par les patients ayant une dépression – et en révisant cette feuille de suivi à chacune des visites lorsque l’utilisation d’un antidépresseur vient d’être commencée.

Au début de leur démarche d’évaluation, l’équipe de dispensateurs de soins de première ligne constate qu’ils effectuent leurs contacts de suivi à des intervalles appropriés dans 35 % des cas. Sur une période d’un an, le taux des suivis réussis continue d’augmenter.

v12 Sep 27, 2006


Tous droits réservés à © ACMQ et CARMHA • infoceqm-acmq.ca

Les opinions affichées ci-après ne reflètent pas nécessairement les politiques officielles de Santé Canada.